La culture à Douna, le monde Turka

Le Burkina Faso est réputé pour sa richesse culturelle, Douna ne déroge pas à la règle et propose une facette intéressante de cette culture. Ainsi, les dounalais proviennent de différentes ethnies; on retrouve principalement les Turka qui sont historiquement implanté à Douna, mais aussi des Dagari et des Lobi, tous deux parents à plaisanterie avec les Turka, et encore les Mossi, les Dioula et les Senoufo.
C'est essentiellement des Turka que traite cette page.

L'ethnie Turka

L'ethnie présente historiquement à Douna est celle des Turka. Elle s'est implantée ici depuis des siècles et a su résister aux différentes vague d'invasions. Cette ethnie est proche de ces des Karaboro et de Gouin qui se trouvent plus à l'ouest dans la province des cascades.


La langue Turka

La langue officielle du Burkina Faso est le Français. Deux langues locales sont le Mossi et le Djoula. Et ensuite, on trouve autant de langues que de groupes ethniques.

  • Djidoualé, Bonne arrivée
  • Tchima, bonjour,
  • Bankoo, midi,
  • Dédéma, bonsoir,
  • Issoiko, la nuit,
  • Zanga Pienri, pour le caïlcedrat.
De même, les noms de familles sont propres à chaque ethnie. Ils ont des correspondances entre eux. Ainsi, dans le tableau qui suis, nous vous présentons une liste de nom Turka avec leur équivalent Gouin et Mandé.

Noms de famille Turka et leurs équivalents en autres langues
Nom Turka Equivalent Gouin Equivalent Mandé
Kara FayamaOuattara
Soura Soulâma ou SolômaTraoré
SonSanogoSoma
HiéHemaKoné
SiriSirimaCoulibaly

Les différentes familles remplissent différentes fonctions, par exemple, le chef du village vient toujours de la famille Soura.
La famille Hié est propriétaire du marché. Avant, elle percevait les droits du marché (taxes), maintenant elle reste garante des coutumes du marché et joue le rôle du médiateur lors des conflits.
Lors du Nonbouolo la famille Hié participe aux combats simulés en tant qu'ennemie de la famille de la chefferie (la famille Soura).

Les mariages

Les mariages sont des occasions de fêtes et de partages. Les unions sont fêtées avec l'ensemble de la communauté :

Avant le jour du mariage :
Durant une semaine la mère reçoit ses invités du quartier et des villages environnants pour soutenir le financement du mariage soit avec un petit panier de riz ou de l'argent. Le jour du marché, des femmes, les promotionnaires de la mère, vont danser, vêtues de leurs plus beaux habits. Le jour de l'initiation on attache des chapelets de cauris autour de sa hanche.
Et après une semaine ou deux, la fille est prête pour le mariage.

Le jour du mariage :
Le mariage est organisé par le marié. Le matin du mariage, vers dix heure, on commence à jouer du balafon (instrument de musique traditionnel) chez le marié. Deux heures plus tard, le marié et ses soeurs qui portent des canaris de dolo sur la tête, vont chez la mariée. Là, les soeurs du marié chargent la mariée sur les épaules en dansant au rythme du balafon. Enfin la mariée reçoit les récompenses (de l'argent) de la part du marié et de ses amis. C'est la fin de journée. La nuit, la fête reprend de plus belle, le balafon se joue tour à tour chez le marié et chez la mariée jusqu'au lendemain matin. Le dolo est la boisson servie durant la fête. Tard dans la nuit lorsque les gens sont fatigués on leur offre du café pour les réveiller. Les cérémonies de mariage dureront une semaine à l'issue de laquelle la mariée rejoint son mari.

Balafon Dolo
Un balafon - et - une cabasse remplie de dolo.


Rassemblement Turka : Nonbouolo

La biennale Nonbouolo rassemble des milliers de Turka. Ces derniers n'hésitent pas à faire le déplacement depuis d'autre pays pour cette fête riche en échanges. Ainsi tout les deux ans, au mois d'août, les Turka se rassemble pour célébrer leur traditions avec des danse costumées, des combats simulés, différentes cérémonies ainsi que des échanges d'artisanat et de discutions. La dernière s'est déroulée en 2010, la prochaine sera en 2012.
Si vous avez des photos de cet évènement, n'hésitez pas à nous les faire parvenir.

Les scarifications traditionnelles

Certains membres des différentes ethnies arborent des scarifications traditionnelles. Cette pratique coutumière consiste en la réalisation de motifs sur le visage, fonction du groupe ethnique et parfois de la fonction de cet individu dans la société. A titre d'exemple, les forgerons Karaboro sont très respectés car ce sont les personnes fabriquant les outils permettant le travail au champ; par conséquent, le dessin réalisé s'étale sur l'ensemble du visage.
Le motif définissant les Turka consiste en trois longs traits sur la joue, partant de la tempe et convergeant un peu en dessous de la bouche. Comme sur l'image suivante.

Scarification traditionnelle Turka, Burkina Faso
Scarification Turka
Elle est proche de celle des Karaboros et des Gouins qui consiste en trois traits partant de la bouche et, d'une longueur de quelques centimètres chez les Karaboros ou allant jusqu'à la tempe chez les Gouins.

Scarification traditionelle Karaboro, Burkina Faso Scarification traditionnelle Gouin, Burkina Faso
Scarification Karaboro (gauche) et Gouin (droite)
A titre de comparaison, l'ethnie peul arbore deux traits verticaux au niveau de chaque tempe.

Objets traditionnels

On peut noter deux objets typiques qui sont de plus en plus oubliés par les nouvelles générations : le ''porte-monnaie'', le protège tête de bébés.

Objets Traditionnels Turka, Burkina Faso

Les bébés sont transportés dans le dos des mères, enserrés dans un pagne. Ils sont ainsi exposés aux aléas climatiques : fort soleil, pluie. Le protège tête était fixé au dessus de la tête de l'enfant qui, dès lors, ne subissait plus les effets néfastes d'un fort soleil ou d'une météo capricieuse.
Le porte-monnaie Turka consiste en différentes corbeilles qui s'encastrent formant cette sorte de pyramide. Les étages du bas, larges permettent d'y disposer des épices, du sel et d'autres produits de petites tailles, les étages du haut permettent de stocker l'argent.

Les cavernes

Pour finir, la visite guidée des cavernes (voir les cavernes) permet de découvrir une partie de l'histoire du peuple Turka.



 - Accueil -    - La ville de Douna -    - La vie à Douna -    - Développement humain -    - Culture -    - Les cavernes -    - Contact -